Sélectionner une page

Me voici à Tarapoto, une petite ville du Pérou aux frontières du bassin amazonien, en pleine jungle.

Ici il n’y a rien de touristique, pas de sites Inca, pas de montagne à gravir (quoique…) rien que la jungle à perte de vue et pas d’internet. Mais toute l’activité de la ville tourne autour de la médecine par les plantes, les rapports avec la nature et ses secrets.

Je suis venu ici rencontrer un Chaman afin de participer à la cérémonie de l’Ayahusaca.

D’abord il y a eu la rencontre avec le chaman.

Cet homme de 84 ans vit dans une maison du plus simple apparat. Une seule pièce où une télé 36 cm et l’ampoule à économie d’énergie au plafond représentent les seuls signes du monde moderne. Pour le reste, quelques chaises disposées le long d’un mur et une petite table. Un paravent divise la pièce en deux et masque ce qui pourrait ressembler à un lit. Rien de plus, le dépouillement total. Sa femme, tout aussi âgée, ressemble à une petite fille pleine de fantaisie, toujours prête à rire de tout.

Cette rencontre était magique, devant tant d’humilité et de simplicité je me suis senti plein de respect, d’admiration et d’humilité face à cet homme qui porte en lui la connaissance du monde des plantes et de la Pachamama.

Ensuite, il y a eu la diète.

Une semaine sans sel, poivre, sucre, café, viande, lait, cigarettes, alcool, aliments chimiques et autres produits contre nature. Ma seule alimentation n’aura été que fruits, légumes cuits à l’eau, riz et des litres de maté de coca.

Enfin il y a eu la cérémonie.

Cela commence par avaler cette mixture, un peu pâteuse et au goût désastreux. Le chaman vous asperge ensuite d’un liquide que l’on suppose être du tabac macéré. Il faut savoir qu’ici le tabac est une plante sacrée bien loin de nos cigarettes chimiques et son usage est très répandu dans les rituels chamaniques.

Après environ 30 minutes les premiers effets se font ressentir. Cette plante est un vrai purgatif et j’ai vomi toutes les impuretés que contenait mon corps. Puis le voyage commence. Ce ne sont que visions, hallucinations et autres aventures mystiques. Mes sens sont exacerbés, mon corps est lourd et mon esprit ne demande qu’à sortir de cette enveloppe matérielle.

C’est au son des « Icaros » que se fait le voyage. Des chants sacrés que le chaman interprète durant toute la cérémonie pour invoquer les esprits et qui vous guident, vous inspirent et vous maintiennent connectés avec la réalité. Si l’on sent que l’on part trop loin, il suffit de se concentrer sur les chants pour redescendre.
J’ai passé la nuit en transe lors de ce rituel, mon corps a rejeté toutes les impuretés de ce monde, j’ai vomi mes tripes et mes larmes. J’ai eu l’impression d’être allé aux limites de mon être, de mon esprit, j’ai affronté mes démons et mes peurs, mon histoire, le passé et le futur, je me suis vu mourir puis renaître et mourir encore, j’ai rencontré et dialogué avec la Pachamama. J’ai rit, j’ai pleuré, j’ai eu chaud puis froid, j’ai volé par delà les pays que j’ai visités et revu mon voyage depuis le début. J’ai croisé les gens que j’ai côtoyé, mes amis, mes ennemis…
C’est sans conteste une des plus belles expérience de mon voyage associée à la rencontre de cet homme magnifique. Je n’ai pas voulu vivre cette expérience comme un simple touriste venu faire son marché ou comme un toxico qui teste une énième drogue. Par 3 fois j’ai donc recommencé ce rituel puis j’ai testé d’autres plantes toutes aussi efficaces lors de différents rituels.
Il m’est difficile de mettre en mot ces expériences qui ne parlent pas à nos esprits trop occidentalisés, peuvent passer pour de la magie ou de la sorcellerie.
Et vous comprendrez qu’il m’est encore plus difficile de vous proposer une galerie photo.
Maintenant, la plante est en moi et je sens qu’il est bientôt temps de rentrer…