36 heures

C’est le temps que j’ai passé dans un bus pour traverser le pays d’est en ouest. De puerto Iguazu (à la frontière brésilienne) à Mendoza (à 200 km de la frontière Chilienne).

Et bien, vous me croirez ou non, mais je préfère passer 36 heures dans un bus argentin que 12 heures dans un avion européen.

Forcément, le pays est tellement grand et les trains tellement inexistants qu’ils ont intérêt à avoir un moyen de transport digne de ce nom.

Ici les bus, c’est la classe internationale !

D’abord il y a 3 niveaux de confort : la semi cama, la cama et la suite; cela dépend de l’inclinaison et de la taille du siège, mais le service est le même quelle que soit la catégorie choisie.

En semi cama vous êtes dans un bus normal dont le siège s’incline bien assez pour supporter 5 à 7 heures de voyages. En cama vous êtes dans un siège ultra confortable, je vous assure que si nos fauteuils de bureaux ressemblaient à ceux là, nous serions bien moins productifs (pourquoi vous l’étiez ?), enfin la suite offre un confort inégalé.

le service est également hors classe. Avec un petit déjeuner (thé, café, maté, lait, biscottes et gâteaux), un déjeuner (entrée, charcuterie, viande, plat chaud) un goûter (identique au petit déjeuner mais sans les biscottes) et un dîner (identique au déjeuner). Bien sûr les boissons sont à volonté (sodas, eaux et parfois même le vin selon la compagnie), un distributeur de café et de thé est à disposition en permanence et pour parfaire le tout vous avez droit aux derniers films en vogue (soit environ 6 films pour 36 heures de voyage). Mais la cerise sur le gâteau c’est le Bingo !

En effet, une compagnie en particulier propose même un bingo (un lotto quoi) pendant le voyage afin de divertir les passagers avec pour gain unique : une bouteille de vin histoire de bien dormir.

Avec un voyage d’une telle longueur, c’est sûr vous économisez une, voire deux, nuits d’hôtels. Personnellement je n’ai pas de problèmes pour dormir dans les transports (ou au bureau et ce, quel que soit le fauteuil), mais j’ai préféré rester éveillé afin d’admirer le ciel étoilé (simplement magnifique) dont les constellations inconnues et pourtant tellement visibles n’ont de cesse de me fasciner.

Juste une petite photo de la version cama (avant l’inclinaison) à laquelle il ne manque que l’option “massage” mais pour cela il suffit de bien choisir sa voisine.

2 réflexions sur « 36 heures »

  1. “Pas un grand narrateur… ?” Modeste avec cela. Je viens de lire successivement tous vos articles. Grâce à vous, j’ai voyagé sans quitté mon bureau. Vos textes m’ont fait réfléchir. En plus de votre regard, j’y trouve de l’émotion et de la poésie. Pouvez-vous mettre encore plus de photos ?

    Ce qui me fait le plus plaisir à vous lire, ce sont les personnes rencontrées et ce qu’elles sont en train de vous donner.

    Bonne route et belles rencontres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *