Perdu dans le désert

Me voici à San Pedro de Atacama…

Ce petit village d’un peu plus de 2000 habitants est perché à 2400 m d’altitude en plein milieu du désert d’Atacama connu pour être le plus aride de la planète (ouais ben on en reparlera).

L’ambiance ici est super, loin de Valparaiso et de ses plages touristiques, me voici revenu dans l’univers des backpackers. Tout le monde vient ici pour l’aventure, le désert et ses excursions entre vallée de la Luna, de la Muerte, geysers et autres lagunes salées, c’est un enchantement.

Ce bled est une véritable oasis en plein milieu du désert que domine le Licancabur (un volcan de 5900 m d’altitude). Une fois de plus ici, les routes sont des pistes de terre, les maisons sont en adobe  (rien à voir avec de la retouche photo et autres outils de créatif) et l’eau une denrée rare (ben ça aussi on en reparlera). Depuis que je suis là j’ai eu l’occasion d’aller marcher seul dans le désert (c’est facile il suffit de sortir du village), d’aller faire quelques visites dans des paysages plus fantastiques les uns que les autres, ça vaut vraiment le détour et c’est l’une des grandes étapes à ne pas manquer.

Mais Atacama est un désert qui couvre tout le nord du Chili jusqu’aux frontières Bolivienne et Péruvienne. De San Pedro jusqu’au Nord, j’ai visité les dunes bien sûr, mais aussi Humberstone, une ville fantôme, décor idéal de nombreux western ou Santa Laura, une usine de salpêtre abandonnée, toutes deux classées au patrimoine mondial de l’humanité, j’ai pris des bains au milieu des eaux thermales et admiré le soleil couchant là ou le désert rencontre l’océan Pacifique.

Je sais que mes photos ne sont pas belles mais j’ai quand même fais une galerie pour vous les montrer.

Le seul hic dans tout ça ???

C’est que San Pedro connait actuellement la pire saison des pluies depuis 12 ans, chaque jour, vers 16H00 une pluie diluvienne nous tombe sur la tronche. Au point qu’au moment où j’écris cet article, toutes les sorties et excursions sont fermées (j’ai donc eu de la chance de pouvoir en faire) les routes sont devenues impraticables, quand elles ne sont pas détruites par la pluie, l’électricité est coupée l’eau est devenue impropre à la consommation, des gens ont du être évacués  et l’armée à du intervenir pour remettre en état une partie du village et certains chemins bref c’est la cata !

On en reparlera du désert le plus aride de la planète…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *